Je m'inspire
BILAN-COACHING.COM

Solène – D’ingénieure à Sage Femme


Featured image for “Solène – D’ingénieure à Sage Femme”

Le témoignage inspirant de Solène, 33 ans 

Bonjour Solène, peux-tu te présenter en quelques mots?

J’ai 33 ans et je suis originaire de région parisienne. J’ai fait une formation dans l’agroalimentaire en commençant par un DUT puis un diplôme d’ingénieur en Normandie à Caen. J’étais installée en Bretagne depuis 8 ans : d’abord à Dinan puis à Rennes.

Quel a été ton parcours professionnel jusqu’à présent ?

J’ai travaillé en production d’ans l’agroalimentaire en suivant un parcours assez classique : chef d’équipe, responsable d’atelier puis Ingénieure Méthodes chez Loc Maria biscuits. J’étais très fière de travailler dans une biscuiterie industrielle pour la fabrication de la célèbre crêpes dentelles Gavottes. Et puis, j’ai eu envie d’évoluer et de voir un autre fonctionnement d’entreprise. Alors je suis devenue responsable de production chez Vandemoortele qui fabrique de la viennoiserie surgelée.

Quel a été ton cheminement dans ta reconversion professionnelle ?

J’ai changé d’entreprise pour mon dernier poste en plein Covid. Comme beaucoup, cela n’a pas été une période facile et la convivialité en a pris un coup. En changeant d’entreprise, j’espérais révolutionner mon quotidien pour aspirer à plus de cohérence et de sérénité. Finalement, après quelques mois que j’ai passé à découvrir ce nouveau poste et cette nouvelle entreprise, je me suis rendue compte que le quotidien s’installait avec sa routine. Changer d’emploi n’avait pas vraiment répondu à mes attentes. Je ne me sentais plus en cohérence avec mes valeurs.

Un élément déclencheur particulier ?

Après plusieurs années dans la même entreprise, je songeais à une reconversion… Mais le déclic, je dirais que ça a été le confinement : cela a remis en perspective quels étaient mes besoins et valeurs profondes dans mon quotidien personnel et professionnel. J’avais besoin de donner davantage de sens à ce que je faisais et de me sentir utile pour la société.

Comment as-tu su que ce métier correspondait à tes aspirations professionnelles ?

Après le bac, j’avais fait une première année de médecine mais les conditions étaient difficiles et j’étais jeune à l’époque. Je crois que j’ai toujours gardé en tête cette attirance pour le milieu médical. Et puis, j’ai fait un bilan de compétences. Alors, en me posant sur mes compétences acquises, mes valeurs et ce que je souhaitais mettre en avant dans mon quotidien professionnel, j’ai pensé à faire un métier qui était clé dans la vie des gens. Je voulais partager le bonheur et les belles choses de la vie. Je me suis aussi rendu compte que j’aimais prendre des décisions et les responsabilités. Sage-femme est donc le bon choix pour concilier le côté médical, cet aspect positif et l’autonomie que l’on a dans ce métier.

Comment as-tu monté le projet de reprise d’études (choix des écoles, financement…) ?

Je voulais étudier à Rennes, la ville où j’habitais. J’ai donc consulté les modalités d’inscription sur le site de l’université. Malheureusement, mon dossier n’a pas été accepté : il y a très peu de places pour entrer en école de sage-femme en France via la passerelle (les personnes ayant un diplôme d’ingénieur comme moi). C’est comme ça que je me suis retrouvée à postuler dans les écoles de Belgique ! J’ai eu les infos pour les demandes d’inscriptions grâce à des forums de discussions, les sites des écoles et les journées portes ouvertes des écoles (physique ou virtuel). J’ai postulé à toutes les écoles au fur et à mesure des ouvertures d’inscription. Et j’ai été acceptée sur lettre de motivation à l’école Helmo à Liège.

Comment se passe ce retour sur les bancs de l’école ?

Et bah, c’est pas facile ! C’est assez perturbant car j’ai parfois l’impression de revenir en arrière. La moyenne d’âge des étudiantes (et un étudiant!) est de 10 ans de moins que moi. Les habitudes des étudiants ont changés : on retrouve des tablettes et smartphone sur toutes les tables des amphis.
Moi je suis restée au cahier et au stylo. Le plus dur est de rester assise et concentrée toute la journée. Mais les stages et cours pratiques vont vite arriver et de plus en plus tout au long des 4 années d’études qui m’attendent. Je ne regrette pas parce que tous les cours m’intéressent et j’apprends plein de choses. Dès la première année, c’est assez concret et les professeurs sont tous des professionnels de santé qui ponctuent leurs cours d’anecdotes : ça donne envie et rassure sur mon futur métier.

Peux-tu nous expliquer comment se passe une formation pour devenir Sage-Femme ?

En France, en reconversion professionnelle, il y a 2 possibilités :

  • faire une 1ère année de médecine puis 4 ans d’études en école de sage-femme : à condition d’avoir réussi le concours dès la première année…
  • avoir un diplôme d’ingénieur ou bac +5 ou bien être déjà dans le domaine de santé en tant qu’infirmière par exemple et monter un dossier d’admission : sélection sur dossier puis un oral. Dans ce cas, on accède directement à l’école de sage-femme. Pour infirmière, tu peux parfois accéder directement à la 3ème année

En Belgique, ce sont les mêmes conditions d’admission si tu sors du bac ou si tu es en reconversion. Il y a 9 écoles francophones de sage-femme. Chaque école a ses conditions d’admission. Les études durent 4 ans et le diplôme est reconnu en France. Il y a un certain nombres de cours théoriques, des cours de pratiques où l’on s’entraîne aux actes techniques et médicaux et beaucoup de stages que l’on fait en Belgique mais aussi en France si on le souhaite.

Quelles sont les qualités requises pour devenir Sage-Femme ?

Pour devenir sage-femme, il faut être bienveillant, empathique, à l’écoute, attentif, dynamique, organisé, entre autres…

J’espère avoir tout ça et bien plus !

Quels sont les débouchés possibles ?

Une sage-femme peut travailler dans plein de structures différentes :

  • au planning familial
  • à l’hôpital : en salle de naissance, en consultation gynécologique, en service de suite de couche, en service de PMA (Procréation Médicalement Assistée)
  • en libéral : suivi gynécologique, de grossesse, suivi post-partum, naissances à domicile…
  • en maison de naissances

Pour ajouter des compétences, une sage-femme peut également faire des DU (Diplôme Universitaire) en échographie, Acupuncture obstétricale, hypnose, tabacologie…

Et comme évolution de carrière, elle peut devenir cadre de santé en milieu hospitalier.

Quelles sont les tranches de salaire ?

En milieu hospitalier 1900€ brut en début de carrière & 3800€ en fin de carrière.

En libéral de 2300 à 3800€ selon les villes et le temps de travail.

Comment envisages-tu ta nouvelle carrière professionnelle ?

J’ai hâte ! Je suis très contente d’avoir l’occasion de faire de nombreux stages pour appréhender le milieu de la santé. J’ai encore du mal à imaginer mon futur quotidien professionnel car je souhaite découvrir toutes les facettes du métier avant de me décider pour le libéral ou l’hospitalier.

Un conseil pour nos lecteurs qui doutent encore sur la question de la reconversion professionnelle ?

Suivre son instinct ! Si déjà vous êtes en train de lire c’est que vous vous posez des questions. Alors surtout, le plus important est de se laisser la possibilité de rêver. C’est pas toujours facile car il peut y avoir plein de barrières. Cela dépend des gens mais moi ce qui m’a aidé à franchir le pas, c’est d’être accompagné en ayant des rendez-vous réguliers avec ma conseillère. Le dernier conseil est de multiplier les sources d’informations sur la formation et le métier : sites internet des écoles, des institutions du métier, forums, réseaux sociaux de professionnels (Instagram, linkedIn), portes ouvertes des écoles, échange téléphonique avec des professionnels…

Un grand merci à Solène pour son témoignage.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter, je vous mettrai en relation avec Solène !